LAC INLE

par | Mar 13, 2018 | Myanmar | 2 commentaires

Lundi 5 mars 2018, on va essentiellement se remettre de notre rando, organiser la suite de notre voyage, prendre et donner des nouvelles et avancer le blog. Le village est tout près du lac Inle, deuxième plus grand lac du Myanmar, situé à près de 200 mètres d’altitude, das l’état shan. Le soir, on se retrouve avec nos nouveaux amis dans un resto qui s’appelle, je vous le donne en mille…«La french Touch». On entend du Renaud en musique de fond et c’est trop top ! Cyprien prend une pizza (bonne !) tandis qu’on craque tous les trois pour un hamburger avec des frites et de la salade verte. Ça vous paraît peut-être un peu ordinaire comme nourriture mais à l’autre bout du monde, je vous assure que ça fait un bien fou ! On passe un très bonne soirée et on décide de faire ensemble un tour sur le lac Inle en bateau le lendemain. C’est l’activité touristique d’ici. Comme on veut essayer de la faire sans les hordes de touristes, on se donne rendez-vous avant six heure pour assister aussi au lever du soleil sur le lac. La nuit sera courte…

OÙ SOMMES NOUS ?

LAC INLE

SUIVEZ-NOUS SUR FACEBOOK

Mardi 6 mars 2018, sur les bords du canal, des bateliers nous interpellent pour nous offrir leur service. Nous ferons affaire avec une dame pour un prix très correct et un italien, Yacobo, nous explique qu’il a réservé un bateau avec cette dame la veille et qu’il veut bien que nous partagions le prix. Nous sommes donc cinq dans le bateau à moteur et nous voilà partis aux premières lueurs de l’aube. De larges sièges en bois nous permettent d’être installés confortablement et les couvertures qu’il y a dessus ne nous protègent que partiellement de la fraîcheur matinale accentuée par la vitesse du bateau.

En rentrant sur le lac proprement dit, un homme en habits traditionnels exécute des figures sur son bateau avec son filet caractéristique et sa pagaie pour que nous le prenions en photo. Puis, il rapproche son bateau pour nous demander de l’argent ce qui provoque la colère de notre équipier italien qui en a marre de payer pour tout. C’est vrai que c’est relou et on demande au conducteur du bateau de nous emmener voir de vrais pêcheurs. On va alors voir des hommes, pas du tout en habits traditionnels, pêcher sans nous prêter attention ou si peu. Ils sont de véritables acrobates debout sur l’avant de leur bateau, utilisant une jambe pour pagayer et garder leur mains libres pour manipuler les filets. C’est fascinant ! Par contre ils n’utilisent plus ou presque le filet conique propre au lac Inle.

Lorsque le soleil se lève derrière les montagnes au bord du lac, le spectacle est tout simplement magnifique.

Le batelier nous conduit vers un jardin flottant et ses milliers de plants de tomates. Des piquets en bambous empêchent les boues flottantes de dériver. Le lac est victime d’un fléau, en dehors du tourisme de masse et de la pollution, c’est les jacinthes d’eau qui l’envahissent en partie…

Nous arrivons au sud du lac, au village sur pilotis de In Phaw Kone. Les maisons se reflètent dans l’eau.Nous débarquons pour visiter un atelier de joaillerie d’argent. Plus loin, nous allons dans un atelier de tissage de lotus et de soie. Nous ne savions pas que le lotus pouvait se tisser ! Une dame casse une tige de lotus, laissant apparaître les fibres qui vont être utilisées pour fabriquer le fils. Une démonstration nous explique toutes les étapes de sa fabrication, depuis la tige jusqu’à la pièce finale en passant par un atelier de tissage. Ils tissent des vêtements en lotus pur (très cher) et en mélange, soie et lotus !

Nous suivons ensuite un canal au sud jusqu’à un petit village Thaung Tho où a lieu le marché. Il ne présente que peu d’intérêt et même la jolie pagode à laquelle nous montons ne vaut pas les heures de bateau pour l’atteindre.

Nous retournons au village lacustre et allons voir un atelier de forgerons. Ils sont impressionnants à marteler avec des marteaux très lourds le métal rougeoyant. Ils le font à deux et même parfois trois ce qui demande à coup sûr, une grande habitude pour ne pas se faire mal ! Ils fabriques toutes sortes de lames pour des machettes et autres outils. Puis, c’est au tour d’une fabrique de bateaux et de cigares. Oui, ne me demandez pas pourquoi, mais les deux sont adjacents…Un homme nous explique comment sont fabriqués les bateaux en teck. Une gigantesque scie qui se manie à deux permet de découper les planches. L’un des deux surplombe l’autre et la démonstration est saisissante. La fabrication des cigares aussi ! Là se sont des femmes qui travaillent assises et fabriquent pas moins de 500 cigares par jour ! Ils sont composés de feuille de cigare, tabac, miel, sucre brun, vin de riz (on en a acheté une bouteille aux Philippines, c’est trop bon!!), banane, tamarin et badiane. Selon les ingrédients, le cigare est soit fort, soit goût anis, soit goût banane. Je goûte les trois mais je préfère la saveur anis !

Nous repartons pour la pagode Phaung Daw Oo et son bateau de festival représentant un immense Hintha, oiseau mythique symbole du Myanmar. Dans la pagode, un groupe de jeunes hommes arborant le même tee-shirt « Mister United Continents 2018 » sont agenouillés et prient. Des finalistes de beauté ? Surélevées, des statues de bouddha sont recouvertes de feuilles d’or par les pèlerins (mais que les hommes…). Au fil du temps, les statues sont devenues des sphères d’or.

Nous reprenons notre navigation sur une rivière qui nous mène à Indein, sa pagode et ses nombreux stupas. En chemin, on voit des femmes qui font la lessive dans la rivière aux eaux troubles et certains qui s’y lavent, tandis que des buffles d’eau s’y prélasse un peu plus loin. Nous nous arrêtons pour manger dans un restaurant au bord de la rivière et c’est l’occasion pour Yacobo de nous parler de son pays et de la mafia qui le gangrène. C’était très intéressant et quand il nous dit que Gomorra n’est pas qu’une série ou un film mais la réalité, les fans de série que nous sommes comprenons parfaitement de quoi il parle.

Puis, nous partons à pieds pour la pagode. En montant en direction de celle-ci, de vieux stupas jalonnent l’accès couvert et nous choisissons de les découvrir. C’est superbe et même si certains sont en cours de rénovation, ils sont magnifiques avec leurs briques rouges et les arbres qui ont parfois poussé dessus. Il y en a des centaines, plus ou moins écroulés. Certains abritent des statues de bouddha intactes et superbes. La pagode recèle un grand Bouddha assis dont la partie la plus proche est interdite aux femmes…

Sur le chemin du retour on voit deux pêcheurs avec leur nasse, une fois le poisson repéré ils la plongent brusquement sur celui ci. Ensuite, ils prennent un harpon et tuent le poisson. Il faut savoir que le lac n’est pas très profond et on a vu aussi des hommes complètement immergés dans l’eau. Que font-ils ? Ils peuvent pêcher des crevettes ou ramasser des tiges de fleurs, ce qui se fait entre autre ici, mais nous ne le saurons pas..

Nous rentrons enfin après une journée bien remplie. Comme on a décidé de partir le lendemain pour Mandalay, on se voit une dernière fois avec Inès et Cyprien pour une soirée d’adieu bien sympa.

Pin It on Pinterest

Share This

Share This

Share this post with your friends!