SUCRE

par | Oct 30, 2017 | Bolivie | 2 commentaires

Mercredi 25 octobre 2017, c’est à 4h30 que le bus nous dépose au terminal de Sucre…Ça pique !!
Un taxi nous conduit ensuite à l’hôtel que nous avons réservé mais on ne peut y accéder avant 8h. On décide de prendre un petit déjeuner pour patienter. Tout est fermé à 6h ! Nous attendons sur la place 25 de mayo où Hélène finit sa nuit sur un banc !! On assiste au balayage de la place par des femmes qui utilisent de grandes feuilles de palmier séchées.C’est super efficace !

OÙ SOMMES NOUS ?

SUCRE

SUIVEZ-NOUS SUR FACEBOOK

Après un bon petit déjeuner au Joy Ride café, on peut enfin aller à l’hôtel Senor de las 3 caïdas. Depuis le début de notre voyage, c’est la plus belle cuisine que nous ayons vue !! L’après-midi, on va se balader dans Sucre, la ville blanche. Auparavant nommée La Plata, la ville fut renommée en l’honneur du défunt leader de l’indépendance Antonio José de Sucre en 1839, au moment où elle fut proclamée première capitale de la Bolivie. Dans une rue, on voit des bus et des minibus avec des banderoles dessus. Des grévistes bloquent la rue ainsi que les différents points de sortie de la ville. Du coup, le tour dans la cordillère de los Frailes n’est pas faisable. Et oui, il n’y a pas qu’en France qu’il y a des grèves !!! Est-ce qu’on va pouvoir quitter Sucre demain ??

Jeudi 26 octobre 2017, on part faire un walking tour avec Condor Trekkers, une agence à but non lucratif et qui travaille avec des communautés. Ils ont divers projets et ont récemment construit une bibliothèque dans un village et un hôtel est en cours de construction dans un autre. Les blocages sont levés ce matin mais des pourparlers sont en cours et vers midi, la grève pourrait être reconduite. Notre guide, Joël, nous fait commencer par le trajet en bus pour atteindre la partie haute de la ville. On se rend au Palacete del Guereo ancienne hacienda aujourd’hui propriété du gouvernement de Sucre. On monte dans sa tour d’où nous avons une belle vue sur la ville et ses deux collines, Sica Sica et Churuquella. A l’arrière du bâtiment, nous entrons dans le début d’un sous-terrain qui a permit plusieurs fois aux riches habitants de la demeure de fuir lors d’émeutes.

On va ensuite dans une chicheria (petit bistrot dans une maison) où on déguste de la chicha, alcool de maïs fermenté et du Singani.(le pisco bolivien). Le guide sert l’alcool dans une coque qui ressemble à celles de la noix de coco en plus petit. Les premières gouttes sont versées par terre, en offrande à la Pacha Mama, puis on boit la première une gorgée, on invite alors une autre personne et on lui donne la coupe. On a tous les deux préféré le Singani à la Chicha. Ensuite, on va dans la cour pour jouer au Sapo (crapaud en espagnol). Il s’agit d’un jeu traditionnel dans les chicherias : il faut lancer des jetons métalliques en direction d’une table en fer au milieu de laquelle trône un crapaud qui attend, bouche ouverte. Celui qui arrive à faire rentrer la pièce dans la bouche du crapaud remporte le jeu . Des trous sont répartis autour du crapaud et on marque des points si on arrive à faire rentrer des jetons dedans. On avait chacun 6 jetons et Joël nous avertit : celui qui gagne aura un chocolat de plus lors de la dégustation prévue plus tard. Et devinez qui a gagné ?? MOI !!

Nous passons par la plus ancienne place de Sucre, La Recoleta d’où nous avons un beau point de vue sur la ville.

Puis nous redescendons vers la place 25 de mayo et en chemin on s’arrête à la chocolaterie Para TI. On choisit chacun un chocolat sauf moi qui en prend deux (un blanc fourré au citron et un au lait et à la pêche). Ils étaient délicieux ! Une fois sur la place, Joël nous montre l’ancien palais du gouvernement national.Construit entre 1892 et 1896, il avait pour fonction de servir de Palais Présidentiel, mais à la suite du transfert du Gouvernement à La Paz en 1899, l’édifice de style baroque et classique allait devenir le siège du Gouvernement Autonome de Chuquisaca. Nous passons devant la casa de la libertad où fut signée l’indépendance de la Bolivie le 6 août 1825.

On va ensuite au marché central et notre guide nous fait déguster des Tumbo (sortes de fruits de la passion un peu acides) ainsi que du chorizo au 7 lunares, une des plus anciennes choriceria de Sucre. Je me régale !

On s’arrête ensuite sur la Plaza de la Libertad. pour observer l’obélisque du Pan qui a été construit grâce à un prélèvement imposé aux boulangers de la ville. On termine par le parc Bolivar d’influence française avec ses répliques de l’arc de triomphe et surtout de la tour Effeil (bien plus petite que la notre mais construite aussi par la compagnie de Mr Effeil). On monte au sommet par de très étroits escaliers. Arrivés en haut, la structure bouge et on redescend vite fait !
Il est l’heure de récupérer nos sacs à l’hôtel et de prendre un bus pour Potosi.